Découverte sport extrème : le barefoot

Le barefoot est un sport de glisse très prisé en Amérique et en Europe. Il s’agit d’une variante de ski nautique qui se pratique sans skis ou sans planches. Les amateurs de sensations fortes sont les plus adeptes de ce sport. On en compte maintenant plus de milliers de licenciés. Cette discipline a vu le jour en 1947 en Floride. On doit sa découverte à un certain A.G. Hancock, un jeune homme âgé de 17 ans qui a décidé de se débarrasser de ses skis et de se faire remorquer pieds nus par un bateau à moteur. La première compétition de barefoot s’est tenue dans un parc d’attractions américain, le Cypress Garden Adventure Park trois ans après.

 Un sport à une vitesse vertigineuse

Dans cet exercice physique, plus la surface de contact avec l’eau est très réduite, plus la vitesse du bateau et du skieur s’accroît. Il se trouve tracté à une vitesse de 65 à 80 km/h. La vitesse de 60 km/h en ski nautique est presque insignifiante comparée à celle du barefoot. Naturellement, le pratiquant de ce sport doit avoir des bonnes bases en ski nautiques ainsi qu’une bonne condition physique. L’aptitude à se tenir en équilibre est également un critère essentiel. Le record mondial pour le slalom affiche une performance supérieure à 21 points tandis que le record de France enregistre 19 points.

Les disciplines du barefoot

Ce sport comporte 4 figures différentes. Premièrement, il y a le slalom où le pratiquant de barefoot aurait à zigzaguer entre les bouées de la part et d’autres du bateau. Ces bouées sont dispersées entre deux parcours dont la durée est d’une quinzaine de secondes chacun. La figure « acrobatie », quat à elle, offre également deux parcours de 15 secondes chacun. Mais le pratiquant aurait à faire des figures spéciales comme la rotation à 180 degrés ou le 720 degrés. Il aurait alors à bien préparer son atterrissage pour ne pas souffrir de blessures tout en engrangeant de points. Pour le style « saut », le pratiquant est tenu de sauter un tremplin de 45 cm et atterrir le plus loin possible. Le participant a droit à 3 essais et la vitesse maximale admise est de 72km/h. Enfin, pour le style « le combiné », il s’agit d’un panaché des trois disciplines précédentes.

Barefoot-glisse-decouverte

La course barefoot

Mais le barefoot ne s’applique pas uniquement au ski nautique sans planche, c’est également une forme de course à pieds nus comme son nom l’indique. Cette mode de course à la préhistoire est définie comme un retour au mode de vie initiale et paradoxalement comme une amélioration sur le plan physique. La star de cette discipline est l’éthiopien Abebe Bikila qui mourut en 1973. Il détient le titre de double champion olympique de marathon en s’entraînant toujours pieds nus. Cette pratique a évidemment des points positifs et négatifs. Si les partisans de barefoot prétendent que ce sport aide à diminuer les blessures, cela est très controversé, car aucune étude n’a été entreprise à ce sujet. Aussi, il faut dire que les pieds de nos ancêtres étaient adaptés à cette discipline car le sol n’était pas alors couvert d’agents pathogènes comme il l’est de notre époque.

J’ai eu la chance de voir une compétition pendant mes vacances la-bas.